Paysage Sonore, Laurine FIRMIN

À propos de l’installation :

Je raconte, dans ce paysage sonore, plongé dans le noir, l’histoire de Juliette, écoutant le monde dans un coquillage. «Elle a pris la route comme on prend forme dans un tableau. Elle traverse le cadre et fixe le silence». Les voix et le texte résultent d’un cut-up de plusieurs textes poétiques (La grande eau de Cingo Zivco, Enzo Cormann ….etc) mis aux services d’une même histoire.